Mes droits d'expression

La législation relative aux droits des malades vous permet de désigner une personne de confiance et rédiger vos directives anticipées.

La personne de confiance

Sauf dispositions particulières (mineur) vous avez la possibilité de désigner une "personne de confiance". Elle est une personne majeure, qui a votre confiance, qui connait vos convictions et vos choix concernant votre santé et vos souhaits d'avenir. Cette désignation nécessite au préalable un échange entre vous et la personne que vous pressentez pour être votre personne de confiance. Elle peut aussi refuser de devenir votre personne de confiance.

La désignation d'une personne de confiance - non obligatoire - se fait par écrit (voir la rubrique "En savoir plus" en bas de cette page) et est révocable à tout moment. La personne de confiance peut être un parent, un proche, un membre d'une association de bénévoles auprès des malades ou le médecin traitant. Elle a un rôle de consultation et d’accompagnement. Elle peut, avec votre accord, vous accompagner lors de vos entretiens médicaux pour vous aider dans votre prise de décision.

Elle est consultée en priorité si vous n'êtes plus en état d'exprimer vos volontés. Sa parole est prépondérante sur le reste de l'entourage avant toute intervention ou décision médicale importante. Le secret  médical n'est pas levé vis-à-vis de la personne de confiance. Elle n'a pas accès à votre dossier médical.

Personne à prévenir et personne de confiance... Elles peuvent être différentes ou être la même personne. La personne à prévenir s’occupe des démarches administratives, de l’organisation matérielle à la sortie. La personne de confiance a un rôle d’accompagnement et d’information.

La personne de confiance, à quoi ça sert ?

Les directives anticipées

Vous pouvez si vous le souhaitez, faire une déclaration écrite (datée et signée) appelée « directives anticipées » afin de préciser vos souhaits quant à votre fin de vie, prévoyant ainsi l’hypothèse où vous ne seriez plus en capacité d’exprimer votre volonté. Elles permettent de connaitre vos souhaits concernant la possibilité de poursuivre, de limiter, d’arrêter ou de refuser les traitements ou actes médicaux en cours (enlever en cours)

Les directives anticipées ont une validité illimitée. Vous pouvez toutefois les révisées ou les révoquées à tout moment. 

Les directives anticipées s’imposent au médecin pour toute décision d’investigation, d’intervention ou de traitement sauf en cas d’urgence vitale pendant le temps nécessaire à une évaluation complète de la situation ou lorsque les directives anticipées apparaissent manifestement inappropriées ou non conformes à la situation médicale.

Les directives anticipées peuvent être déposées dans votre dossier médical partagé. Elles peuvent être conservées dans votre dossier médical de votre médecin de ville, dans votre dossier médical hospitalier. Vous pouvez également les conserver ou les confier à la personne de confiance que vous avez désignée ou à défaut à un membre de votre famille ou à un proche. Dans ce cas, n’oubliez pas de préciser leur existence, leur lieu de conservation et l’identification de la personne qui en est détentrice dans votre dossier médical partagé, dans votre dossier médical de votre médecin de ville ou dans votre dossier médical hospitalier.

 

 

Pour vous exprimer

Vous pouvez à tout instant témoigner de votre séjour, des difficultés éventuelles que vous avez pu rencontrer lors de votre séjour au CHU. Plusieurs voies vous sont offertes.

L'équipe médicale et soignante

Vos premiers interlocuteurs sont les personnels des services où vous êtes hospitalisé, en particulier le cadre de santé et le chef du service concerné.

La direction de la qualité, gestion des risques et relations avec les usagers

Vous pouvez également vous exprimer par écrit auprès de la direction de la qualité et des relations avec les usagers :

Dès réception de votre réclamation écrite, le directeur en accuse réception et diligente une enquête afin de vous apporter une réponse dans les meilleurs délais. Il peut également vous conseiller de rencontrer un médiateur médical ou non médical ou s’en saisir lui-même.

Le médiateur médical est compétent pour les réclamations relevant exclusivement des soins médicaux et du fonctionnement médical du service. Le médiateur non médical est compétent pour connaitre les plaintes ou réclamations étrangères à l'organisation des soins et au fonctionnement médical des services.

Un questionnaire de satisfaction est disponible dans le livret d'accueil (ou vous sera remis dans le service) : n'hésitez pas à le compléter, le déposer dans le service ou l'adresser à la direction de la qualité et des relations avec les usagers. Tous les commentaires sont pris en considération. En fonction de leur nature, une enquête peut être menée auprès du médecin responsable du service ou du cadre de santé. Une réponse peut être apportée au patient

Le CHU mène régulièrement des enquêtes flash auprès des patients et des consultants : merci de prendre quelques instants pour répondre à l'enquêteur. Il participe par ailleurs à des enquêtes nationales de satisfaction (i satis) : si vous répondez aux critères d'inclusion et si vous avez accepté de communiquer votre adresse e mail, vous serez sollicité(e) pour émettre un avis sur votre séjour.

En 2015, le CHU a traité 555 réclamations dont 16 demandes de médiation pour 126 370 séjours (soit 0,4%)

Informations annexes au site

Contact

Adresse : Direction de la qualité et des relations avec les usagers - 2 rue Henri Le Guilloux
35033 Rennes cedex 9

Tél. : 02 99 28 24 47